ENTREZ VOS MOTS CLES

Tous les matins depuis notre arrivée on se pince pour être sûrs que c’est bien vrai : nous sommes en Australie, oui oui en AUSTRALIE, baby ! Down under, aux antipodes, au bout du monde, c’est fou mais c’est vrai! Suzie avait peur d’avoir la tête en bas et pensait que des kangourous nous accueilleraient à l’aeroport… C’est un poil moins dingue que ça, l’Australie, mais c’est quand même incroyable, et on vous le raconte dans cette 12e Gazette du Tour du Monde. (Et promis, on apprend tous à faire le poirier). 

 

Au pays des géants 
Ça nous a frappés tout de suite. Ici, Tout est grand, gros, haut, large : les voitures entre 4×4 à pare-buffles (ou plutôt pare-kangourous), les énormes trucks qui pourraient facilement écrabouiller les plus robustes de nos camions européens, les routes interminables, les lits des rivières larges comme deux fois la Seine, les plages qui n’en finissent pas, les arbres qui ne font jamais moins de 20 mètres, les jeunes hommes et femmes tous grands et bien plantés, les champs qui s’étendent sur des centaines de kilomètres, les superbes maisons dans la campagne de la gold coast, et jusqu’aux énormes lézards australiens rencontrés dans les campings, qui font passer les geckos balinais pour des bébés cadum.

 

Les bébêtes 
Outre les grands lézards susnommés, on voit tous les jours avec grand bonheur de superbes cacatoès et des perroquets multicolores, dans les campings ou en pleine ville, et un possum est monté sur notre toit. Bon, on a malheureusement vu beaucoup de kangourous, mais au bord des routes, pas au mieux de leur forme… les énormes voitures Australiennes ne leur laissent aucune chance en les croisant). Nous avons aussi rendu visite à l’hôpital des koalas de Port Macquarie, qui les recueille et renvoie dans les arbres ceux qui peuvent l’être. Les koalas souffrent terriblement de la déforestation qui élimine leurs eucalyptus préférés, de la circulation sur la côte est, et de plusieurs maladies peu ragoûtantes dont la chlamydia… bref il faut sauver les koalas.

Une dame koala borgne, comme beaucoup de ses collègues dans l’hôpital. À cause de la maladie, ou d’un accident de voiture…

 

Sinon, un de nos objectifs est de voir un ornithorynque, mais apparemment l’animal ne court pas les rues… à suivre!

 

La good news (ou pas?)

 après 4 mois de soleil presque continu autour du monde, nous osons prononcer ces mots qui nous ont toujours été interdits : nous sommes BRONZÉS! Incroyable pour nos peaux de babtous tartinées d’écran total – ou d’indice 50 au mieux- dès les premiers rayons du matin. Surtout que le soleil des pôles est vraiment traître, on sent qu’il cogne. On n’est pas encore les rois de Saint-Trop’ mais pour nous c’est le max, et nous sommes très contents d’avoir bonne mine.

Objectif bronzage atteint, on peut rentrer ! (joke)

 

La vie de routards en camion
Notre monstre s’appelle Apollo, il est très beau effectivement mais surtout très gros ! On a une organisation hyper rodée et un partage des tâches qui satisfait tout le monde – pour l’instant- : préparation du repas et debarrassage de la table pour les parents, mettage de table et vaisselle pour les enfants. Courses et lessive en équipes mixtes ! On roule beaucoup certains jours pour avaler les distances (immenses, encore) et on se pose tranquillement certains autres jours quand on trouve un coin qui nous plait, ou un camping sympa. Suzie vous raconte plus en détail notre vie de camionneurs dans son article.

Toujours bien équipés 😉

 

Le waouh moment
Cette première nuit en camping sauvage, passée seuls en haut d’une colline surplombant la Hunter Valley et ses vignobles. Au coucher du soleil on a offert un verre de rouge à des Anglais de passage (« OMG this is so French! » – sic) et au lever du soleil, en ouvrant les volets on a découvert une plaine rougeoyante, de jolies bulles de savon-montgolfières au loin qui nous ont rappelé Bagan, et juste sous notre nez… des grosses vaches, des lapins curieux et 4 kangourous peureux. Priceless…

ZE spot…
Chambre avec vue
Des bulles de savon sur la vallée au petit matin

 

Le moment « back in town »
En arrivant à Sydney après 8 jours de camping car dans la nature (et un mois en Birmanie), on a eu un peu le vertige devant les hautes tours du central business district et on s’est sentis un peu gauches… mais en bons citadins que nous sommes, on a vite repris nos marques en traversant Newton, le quartier branché plein de grafs et de bars très sympas.

 

Les Parisiens dans leur élément !

 

Un opéra surprenant
On s’est re-pincés en arrivant devant cet opéra mythique. quelle impression folle d’être ici, devant cet monument typique du bout du monde! Lucas, passionné d’architecture, a été fasciné par cet ensemble qui évoque pour certains un voilier et pour d’autres une énorme coquille Saint-Jacques. On a appris plein de choses ce jour-là:
– l’opéra semble terriblement moderne, et pourtant il a été imaginé en 1955 et il a été inauguré en 1973 (par Elisabeth II)
– il n’est pas fait d’un seul bloc mais de 3 bâtiments ! De loin on ne s’en rend pas compte mais en s’en rapprochant les 3 ensembles se séparent. Allez savoir pourquoi, ça nous a un peu déçus.
– les voiles de l’opéra semblent soit blanches, soit grises, soit beiges suivant la luminosité. De près on s’aperçoit qu’elles sont faites de carreaux de mosaïque blancs ou couleur crème. Ça pour le coup, ça nous a beaucoup plu.

Le vaissopéra de Sydney
Vu de face, et de tout près

 

Le jour le plus hot
Le jour de notre visite de Sydney, il a fait 42 degrés… on avait prévu de faire LA grande balade le long de la côte de Cogee à Bondi Beach, on a dû revoir nos ambitions et raccourcir la promenade en plein soleil sous peine d’être transformés en homards.
On devait retrouver Jennie, ancienne de Yahoo qui vit maintenant à Sydney, et on n’imaginait pas rôtir sur la plage. Heureusement, Jennie-de-yahoo, nous avait donné rendez-vous à L’Iceberg, ZE place to be et surtout ZE place to se rafraîchir, un bar avec une piscine d’eau de mer par-faite qui nous a sauvé la vie (on exagère à peine). Le top, merci Super Jennie 👍

Par 42 degrés, to be or not to be… à l’iceberg bar !
Avec Jennie the Aussie

 

L’info gloups  
Le jour de notre balade à Bondi Beach, la magnifique et emblématique plage de Sydney, la patrouille de la mer avait spotté un « grand blanc » au large de la baie… ça fait un drôle d’effet !

 

Le Malakmoment 
À Sydney nous avons aussi retrouvé… notre voisin ! Michael habitait jusqu’à l’année dernière 2 étages au-dessus de chez nous, à Malakoff donc. Il est parti à l’aventure en Australie, et travaille maintenant comme window-cleaner sur les plus grands immeubles de Sydney, en vivant en colocation avec des jeunes du monde entier. Il a donné très envie aux garçons d’être déjà des adultes 😉 On a passé un moment hyper sympa, entièrement dans le malak spirit, en buvant une bière sur un rooftop, à parler de notre ville et de toutes celles qu’il nous reste à parcourir sur notre planète. Small world 🌏

Appelez-le Mike, maintenant !
L’immeuble où Michael a accroché sa nacelle le lendemain de notre rencontre. Impressionnant. Mais le bureau avec les meilleures vues du monde, c’est sûr!

 

Et l’école dans tout ça ?
On a repris sérieusement les divisions et les dictées – pas simple en roulant, heureusement que les profs australiens ne mettent pas de note d’écriture 😉 on ne se met pas la pression, et on bosse l’anglais au quotidien.

Correction de la dictée en pleine campagne

 

Les infos en bref

Le truc trop cool : les pique-nique tous les midis et les barbecues le soir.

Le truc moins cool : la very big araignée trouvée au-dessus du « lit » des parents un soir. Maintenant on surveille beaucoup plus les ouvertures des fenêtres !

Nos nouvelles meilleures amies : 2 applis.

  • maps.me (merci Stéphanie de Bruxelles 🙂 un Waze qui fonctionne hors connexion
  • wikicamps : qui recense tous les campings gratuits et payants du pays.

 

Le meilleur 1er janvier du monde : après un réveillon plein de joie et de bienveillance (cf plus bas) nous nous sommes retrouvés tous les 5 sur une plage incroyable, immense, déserte, avec un festival d’arc-en-ciels de tous côtés  et non loin de nous… notre premier kangourou. Nous nous sommes sentis à notre place dans ce bout du monde et nous avons fait un instant de « cris de joie » car c’était vraiment un beau moment.

 

🙉

 

 

Les TDM rencontres

Surprise malaisienne : à l’aéroport de Kuala Lumpur, en plein embarquement pour Brisbane, nous avons été reconnus par la famille des 300joursdumonde, qui se rendait à Auckland. L´occasion parfaite pour les remercier de vive voix, car c’est grâce à  leur blog que nous avions découvert Keliki. Small world bis !

Photo de Frenchies à l’aéroport

 

l’incroyable réveillon. Nous nous suivions depuis nos départs respectifs en tour du monde, et nous étions en Australie en même temps, nous descendant la Golden coast et eux la remontant. Alors quand Natacha, Sara et leur fils Sacha nous ont invité à passer le nouvel an chez eux (un super Airbnb face à la mer) c’était la grande joie de notre côté. On a passé un réveillon d’enfer avec un menu juste dingue (saumon fumé, mini-quiches, poulet-pommes dauphines-haricots verts au lard – FROMAGE – gâteau au chocolat maison crème anglaise chantilly!!) une vraie ambiance de fête (avec des COTILLONS !) et des discussions passionnantes sur nos voyages respectifs. Natacha et Sara rencontrent au cours de leur voyage d’autres couples homoparentaux pour mieux faire comprendre la situation des familles LGBT autour du monde. On vous invite à lire leur blog qui raconte très bien leurs rencontres et les problématiques des familles (lesbiennes surtout) en Chine, en Thaïlande ou en Australie (où le mariage gay a été voté il y a quelques semaines 👍🏳️‍🌈). Les deux mamans ont fait plusieurs conférences en Chine, en faisant salle comble à chaque fois. Bravo les filles et à bientôt peut-être en Amérique du Sud !

 

Une année sous le signe du voyage, qui ne pouvait pas mieux commencer !

 

La question bonus 

Elle a été postée aux enfants par Chantal de Laroin City, en commentaire d’un de nos articles. La voici : « si vous aviez une baguette magique pour changer une chose dans un des pays que vous avez visités, que feriez-vous? »

Les réponses 
– Nino : « j’enlèverais tous les déchets à Bali et à Madagascar » 
– Suzie : « je demanderais que Madagascar devienne riche parce que c’est un pays trop pauvre. Et aussi je demanderai que la pluie vienne au parc Kruger parce que c’est la sécheresse là-bas. »
– Lucas : « je supprimerais toutes les mouches et tous les moustiques dans les pays où on en a vu beaucoup trop »

Sans baguette magique, tout ça n’est pas gagné en effet…

 

La PHOTO bonus 

Publié mi-janvier dans la République des Pyrénées, voici un article concernant la famille béarnaise (les Cassaflo, dont le blog est à retrouver ici) que nous avions rencontrée en Afrique du Sud. Quelle surprise géniale que de nous retrouver dans le journal ! Merci beaucoup aux Cassaflo, et bises à tous les Béarnais qui nous ont fait signe à la parution de l’article.

Small world (bis)

 

Prochaine étape : le parc national des Blue Mountains, puis Melbourne. Et ensuite, on ne sait pas trop encore… En tout cas nous pensons très fort à vous, dans l’hexagone, et à cet hiver plus qu’humide. Si on pouvait, on vous enverrait avec grand plaisir un peu de notre soleil et de la chaleur de l’Australie. En attendant on vous envoie plein d’énergie.

c-u !

 

share
Peter PanPan
janvier 28, 2018 at 11:20 Répondre

L’iceberg Bar!!! c’est du lourd, et la dictée en pleine nature, pas mal…

Madine
janvier 28, 2018 at 12:27 Répondre

Notre voyage en camping car dans l’ouest américain et le Canada en 1981 a du laisser des traces dans ton inconscient …
et je revis , a travers ton témoignage , les paysages grandioses, les milliers de kms sur la route et l’incroyable liberté que tu décris .
Quelle chance et quel enrichissement aussi, de faire toutes ces belles rencontres !
A bientot pour de nouvelles aventures et continuez l’indice 50 sur votre beau bronzage !
Je vous embrasse tous les cinq
Madine😘

Papito
janvier 28, 2018 at 13:47 Répondre

Coucou
Bravo, c’est comme si nous y étions aussi. Merci pour le soleil en images!
Nous n’avons pas de gel mais de la pluie, de la pluie, de la pluie!!!
Continuez bien!
Pour penser encore plus à vous, nous irons bientôt, quand vous serez à Buenos Aires, dans un restaurant argentin de Paris.
Bises à tous les cinq
Papito

Famille Gouriou
janvier 28, 2018 at 14:57 Répondre

Bonne année à tous les 5 ! Merci d’avoir créer ce blog !! Quelle riche idée; autant pour les enfants que pour les parents. On vit un peu votre voyage par procuration et ça fait du bien ! bises

Gouriou’s family !

Mimie
janvier 28, 2018 at 17:06 Répondre

Ah la plage, les apéros camping, magnifiques paysages et surtout le SOLEIL !!!!!! Qu’est ce que ça a l’air cool ce Big trip ! Et ces magnifiques rencontres ! Mais parlez nous des Australiens, y sont sympas ?
On vous embrasse plus que fort d’ici 💋😜
Les Jumnestize

Jacques
janvier 29, 2018 at 12:20 Répondre

J’apperco quelques bouteilles au hasard des photos mais pas de commentaires ?
Où en est la rubrique commencée en AF Sud ?

Sandrine SL
février 11, 2018 at 15:30 Répondre

Du soleil tu nous en envoies quand on te/vous lit. L’énergie on l’a reçoit aussi. Et la neige et le froid ayant remplacé la pluie, on te remercie.Vive la Malakfamily et les amis… !

Sylvie Risoul
février 14, 2018 at 22:53 Répondre

Superbes sites pour camping sauvage . Pas besoin de trop chercher pour s’arrêter ! Les insectes divers font partie des petits inconvénients du camping-car.
Belle idée cette piscine fraîche . Belles retrouvailles avec toutes ces connaissances anciennes et nouvelles . Votre copain travailleur acrobatique doit pouvoir admirer Sydney, l’opéra qui ne laisse pas indifférent , les buildings et la baie. le voyage en Australie commençait bien avec ce premier Janvier du bout du monde .
Occupée, je ne vous ai pas lus depuis bien longtemps , alors j’avale d’un coup toutes vos découvertes enrichissantes et étonnantes.

ARTICLE SUIVANT

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.