ENTREZ VOS MOTS CLES

J’ai appris à faire plein de choses en Birmanie parce qu’on a fait beaucoup d’activités.

 

Faire du roller 

J’ai fait du roller avec des roues alignées 2 par 2. On était à Hsipaw. C’était dur car il y avait des montées et des descentes et les rollers étaient vieux et on n’avait pas de protections. Mais à la fin j’ai réussi à faire plusieurs tours sans toucher la rampe. Ce qui m’a plu c’est que j’étais avec maman, elle m’a aidée et on a fait des tours ensemble. Il y avait aussi quelques ados birmans qui faisaient du roller avec nous. ça m’a donné envie de faire du roller quand je reviendrai à Malakoff.

 

Jouer au chinlon 

c’est un peu comme le foot, ça se joue au pied. Il faut jouer avec un filet, et il ne faut pas que la balle touche par terre. La balle est fabriquée en peau de bambou ou en rotin. Tous les garçons jouent au chinlon. C’est dur à jouer, surtout pour faire des passes. IL faut faire des jongles, un peu comme une « brésilienne » sauf qu’il n’y a pas de filet dans la brésilienne.

 

Sonner les cloches des pagodes 

Il y a des cloches à côté de chaque pagode. Il faut prendre le bâton à deux mains et taper très fort sur la grosse cloche avec juste le bout du bâton. Il faut taper 3 fois ou 5 fois (jamais un nombre pair). Je tapais à chaque cloche que je voyais !

P 

 

Fabriquer et mettre du thanaka 

Le thanaka c’est pour faire joli et pour se mettre sur la peau pour la protéger. On le fabrique en frottant un bois particulier sur une pierre mouillée et ça fait de la poudre jaune. C’est seulement l’écorce qu’il faut frotter. Il y a des Birmanes qui faisaient des dessins avec le thanaka. Des filles faisaient des formes de feuilles, et des enfants faisaient des lapins sur leur front. J’ai trouvé ça bizarre le thanaka.

 

Faire de la poterie 

On est allés dans un petit village de potiers où ils faisaient plein de pots et de jarres. J’ai appris comment faire : il y a un bout de terre, on se mouille les mains, on fait tourner une table avec les pieds et ça fait tourner le bout de terre. Avec le pouce on fait un trou dedans, et on écarte sur les côtés, ça fait un vase. Ensuite avec une sorte de pinceau on fait des dessins dessus. On fait sécher le vase, puis on le fait cuire avec des centaines de pots dans de la paille, on enflamme la paille et ça fait cuire les pots dans cette sorte de four. ça m’a bien plu la poterie.

 

Fabriquer de l’huile 

On met des cacahuètes dans un trou de machine en bois, ça fait une sorte de pâte. On conduit un zébu qui tourne autour de la machine, ça fait écraser les cacahuètes et ça couler de l’huile en bas de la machine dans un pot. Pour qu’il avance plus vite, il fallait tapoter un peu le zébu.

 

Arroser un bouddha 

En Birmanie, il y a une tradition dans les pagodes : il faut arroser le bouddha et l’animal de son jour de naissance, et aussi le génie qui est derrière le bouddha. Mon jour c’est le mardi, et l’animal du mardi c’est le lion. Alors à la pagode Schwedagon j’ai arrosé le bouddha du mardi, le lion du mardi et le lion.

 

Graver sur de la laque 

C’était dans un atelier de laque, les dames dessinaient avec une sorte de stylo-couteau sur la laque. Avant elles faisaient 16 couches de laque sur l’objet! J’ai gravé les rayures d’un tigre sur une assiette. C’est dur parce qu’il faut faire très attention ; si on force beaucoup ça peut faire une couleur trop différente comme du jaune et si on ne force pas assez ça fait du orange.

 

Faire du papier mâché 

D’abord il fallait enlever l’écorce d’un arbre (le mûrier) puis la mettre dans l’eau pour le mettre dans l’eau, puis taper très longtemps. Ensuite on la remet dans l’eau avec des fleurs et des feuilles, ça faisait une pâte. Puis on soulève un tamis, l’eau s’en va et la pâte reste. Quand elle est sèche, ça fait du papier avec des fleurs dessus. C’est comme ça que les Birmans font des ombrelles. On a acheté une ombrelle pour Malakoff, c’est Papito et Madine qui nous la ramènent !

 

Coller des feuilles d’or 

Sur des gros bouddhas ou des pagodes, les Birmans collent des feuilles d’or (c’est du vrai or). Il faut coller la feuille tout doucement sinon elle se déchire, et ça colle sur les mains. On peut aussi s’en mettre sur le front. On a aussi vu comment on faisait les feuilles d’or : on met l’or entre deux feuilles comme dans un sandwich, des hommes tapent très fort dessus avec un marteau. Pour mesurer le temps, ils utilisent une noix de coco avec de l’eau et un trou. Quand l’eau a coulé hors de la noix de coco, ils arrêtent de taper, et les feuilles sont toutes chaudes. Le marteau était très lourd, et les hommes qui tapaient avaient beaucoup de muscles.

On peut aussi coller des petits morceaux de feuille d’or sur le visage

 

Tisser du lotus 

Avec un couteau, il faut couper tout doucement une tige de nénuphar. On tourne la tige, et on tire tout doucement les fils qui sont dans la tige. On le fait deux fois, on colle les fils et ça fait un fil beaucoup plus gros et épais qui va servir pour le tissage. Madine a été passionnée de voir ça. Ensuite les dames tissent sur des très grosses machines et elles font des écharpes.

 

 

Nourrir les mouettes

C’était au lac Inle, on était en bateau. Le piroguier nous a donné des pâtes-gâteaux jaunes avec des trous dedans. Il fallait les jeter en l’air pour que les mouettes viennent. Plein de mouettes sont arrivées au-dessus de notre bateau, mais il y en a une qui a fait caca dans notre bateau! Mon père qui était sur l’autre bateau faisait sembler de jeter des choses alors qu’il n’avait rien à leur donner, mais les mouettes sont quand même venues!

 

Faire des photos 

J’ai de la chance : le jour de Noël en Birmanie j’ai eu un appareil photo !!! Mon grand-père m’a appris à faire des photos, à bien cadrer et à faire des modifications sur les photos. J’ai même utilisé son gros appareil photo. ça me plaît beaucoup de faire des photos, ça fait des souvenirs. Et mon appareil fait aussi des vidéos !

 

Libérer un oiseau

En Birmanie il y a des gens qui attrapent des oiseaux et ils les mettent en cage. D’autres gens viennent et ils paient pour libérer les oiseaux. Je trouvais que c’était dur de prendre le petit oiseau par le cou comme si on l’étranglait alors je l’ai vite lâché en le jetant en l’air, et il a commencé à voler. ça m’a fait plaisir de libérer un oiseau parce qu’il était tout serré dans sa cage avec plein d’autres oiseaux. Il fallait faire un voeu mais j’ai oublié de le faire.

 

Jouer au roi de coeur et à l’ascenseur

Le roi de coeur c’est un jeu de cartes : il ne faut pas faire de pli, ensuite pas de coeur, ensuite pas de dame, ensuite pas de roi de coeur et pas de rien. Un pli c’est quand on a mis la carte la plus forte, on remporte toutes les cartes. Si on n’a pas la couleur on doit se défausser. L’ascenseur c’est un autre jeu de cartes, on doit dire combien on va faire de plis. Si on a rempli son contrat on a un bonus. Je préfère l’ascenseur parce que c’est moins dur, je perds moins. Dans la famille, Papito gagne souvent, et mes parents, et Madine. Tous les adultes en fait. On jouait souvent le soir sauf Suzie qui dormait.

 

Fabriquer un sapin de Noël

Madine avait apporté un mini sapin magique en papier. On a mis un liquide dessus, et les feuilles ont commencé à pousser en 6 heures. Le matin de Noël le sapin était tout vert, il avait plein de feuilles !

On a aussi fait un sapin en papier

 

D’autres choses que j’ai aimées en Birmanie 

  • discuter de foot avec un monsieur qui me montrait son journal de foot. Il rigolait à chaque fois que je connaissais un joueur !

 

  • dormir sur un bateau sur un grand fleuve
  • rencontrer des garçons français qui font le tour du monde
  • faire des choses avec Madine et Papito comme dormir dans leur chambre, faire les visites avec eux, faire des jeux dans la voiture et faire des blagues !!

Nino

 

share
Mamou
décembre 31, 2017 at 18:23 Répondre

Nino retiens les règles des jeux de cartes pour notre venue et peut être qu’on trouvera des jeux portugais au Brésil ! Je vois que tu ne t’ennuies pas en découvrant ce monde et ça va continuer encore .Quelle chance ! Belle année mon Nino et à très vite ….pour ton anniv !!!!Gros bisous

Mayette
janvier 3, 2018 at 10:21 Répondre

Génial ton article Nino !! Tu es un sacré bon voyageur qui sait non seulement s’intéresser à tout mais aussi et surtout profiter de chaque expérience et chaque rencontre : grâce à toi on se régale aussi ! Merci le reporter 😘

claveria
janvier 3, 2018 at 16:51 Répondre

Nino, excuse moi mais je n ai pas tout compris quand tu parles du chinlon.la brésilienne quesaco?et les feuilles d or sur ton visage ,tu les a gardées? Alors tu vaux encore plus cher………tu en auras des choses à raconter aux petits Claveria en vacances à Laroin!pierre fait aussi du foot à fond et a entraînement 2 fois par semaine,.
Merci pour tout ce que tu racontes,bisous de Chantal et Philippe

Tomas
janvier 3, 2018 at 18:15 Répondre

bravo Nino pour l’article super intéressant. On adore!
Tomas te « félicite »
Tous les Bouilloux-Yusto vous font des bises!

petite marion/tata aux cheveux bouclés mais moins que Caro
janvier 13, 2018 at 15:28 Répondre

Wouahouuuuuuuuu!!! Vous avez appris et fait tout ça!!!!!!! Incroyable!! On dirait l’apprentissage de toute une vie!! c’et fantastique ton article merci beaucoup!! On ne savait avec Ivi ni jouer du chignon, ni faire du tanaka, encore moins tisser du lotus ou fabriquer des ombrelles en papier mâché (ça c’est vraiment génial) et on aurait arrosé un bouddha mais surement pas le bon jour ni sur le bon animal ;)!

En revanche.. je connais – malheureusement grâce à mon âge ;)- ces fameux rollers a 4 roues sur lesquels je n’ai jamais réussi à rouler, et SURTOUT les fameuses parties de roi de coeur et d’ascenseur, Simon Caro et moi étions des experts (Simon te dira surtout lui, c’est faux! ;)) bon peut être l’ascenseur éventuellement…!) car nous en faisions dans TOUS nos voyages avec Madine et Papito! Et ce sont de fantastiques souvenirs de famille!! Hâte de voir comment vous vous débrouillez;)!

Merci encore pour tes explications si claires et si empreintes d’émotions, on a l’impression d’y être!

On t’embrasse et on te souhaite une superbe année 2018, pleine de nouveautés et de belles rencontres!

Madine
janvier 15, 2018 at 20:36 Répondre

Bravo, Nino pour ta description de tout ce que tu as fait en Birmanie!
Dommage que tu n’aies pas eu le temps de finir ton tigre…
C’est vrai que nous avons été très occupés chaque jour …
Nous avons appris plein de choses passionnantes et nous avons adoré faire toutes ces découvertes avec vous , et grâce aussi à Sabei.
Et tu as raison, le tissage des fils de lotus m’a éblouie ! Tout comme le voyage Avec vous dans ce beau pays.
Loen, Augustin et Gaetan ont joué avec leur balle de bambou…il faudra leur apprendre le chinlon !
Et Inela etait tres contente de sa belle ombrelle .
Je pense que tu deviens un vrai reporter et j’ai hâte de voir tes photos !
Continuez de jouer aux cartes pour battre les parents et bientot Marion!
Je te souhaite une belle annee 2018 et t’embrasse fort
Madine

Papito
janvier 15, 2018 at 22:12 Répondre

Coucou Nino
Passe un bonne nouvelle année à découvrir tous ces pays et ces façons de vivre si différentes des nôtres. J’espère que tu auras plus d’occasion de jouer au foot en Amérique latine.
Pense à utiliser ton appareil photo pour pouvoir te afaire un album à la fin du tout du monde avec tes propres photos. Si tu en as le temps et le courage, sélectionnes les photos régulièrement en supprimant celles qui sont ratées ou en double. Je suis encore en trin de trier les photos de la Birmanie…
Merci pour toutes les nouvelles que vous envoyez; nous nous régalons à vous suivre
Je t’embrasse
Papito

Marie Mitsiky
janvier 21, 2018 at 01:08 Répondre

Je suis impressionnée par tout ce que tu as pu apprendre en Birmanie! Il ne reste plus qu’à retourner à Madagascar et à apprendre tout cela aux enfants de Mitsiky! Je pense qu’ils aimeraient bien le roller, la poterie, le thanaka etc… le chinlon, ils y jouent déjà avec une balle fabriquée à base de sacs en plastiques, quoique je ne suis pas sûre que les règles soient exactement les même!…
Et tu dois être en train d’apprendre à faire plein de choses au pays des kangourous comme attraper un crocodile?! (non là je rigole) parler la langue aborigène? repérer une red back? jouer du didjeridoo? Bon si tu n’as pas appris au moins une de ces 3 choses tu as un gage :)))
Bises à toute la famille!

ARTICLE SUIVANT

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.