ENTREZ VOS MOTS CLES

A l’école de la Providence d’Antsirabe j’étais en 8e A, dans la classe de Mario, un copain du centre de Mitsiky. La 8e c’est le CM1.

 

Voilà comment ça se passe dans cette école :

 

Tout le monde a un uniforme, avec une blouse bleue pour les garçons. Dans la cour, pendant la récréation, on marche et on bavarde. Il y a des paniers de basket et un terrain de volley mais on ne peut pas les utiliser pendant la récré. Après avoir joué, à la première sonnerie, on s’arrête tous et on prie. A la deuxième sonnerie on bouge et on se met en rang. Il faut mettre une main sur l’épaule de celui de devant pour avancer. On doit entrer dans la classe en mettant les mains dans le dos. Dans toutes les classes il y a des napperons sur les fenêtres. On apporte nos goûters et on peut les manger pendant la récréation, ça c’est bien.

 

On est 32 dans la classe. Il y a 4 élèves par pupitre. Les ardoises que les élèves utilisent sont en craie, pas avec des feutres Veleda comme chez nous. J’ai fait un cours de religion, mais c’était tout en malgache pendant 2h. J’ai écrit en malgache sur toute une page de mon cahier.

 

Le midi tout le monde rentre chez soi pour aller manger. Les élèves du centre Mitsiky restent à l’école et font un pique-nique dans la cour. On met une grande natte par terre et on mange les plats de riz. C’est bien parce que les parents ont pu manger avec nous chaque midi.

 

En allant à l’école on passait dans des rues très sales avec des gens très pauvres. Il y avait toujours un chien qui avait l’air enragé, il avait des yeux fous et il faisait des bruits bizarres. C’était impressionnant. On a vu des enfants qui léchaient par terre. Je ne pensais pas que ça allait être aussi pauvre. Ça m’a un peu choqué. Je ne pensais pas que c’était comme ça Madagascar, je croyais que c’était une forêt tropicale partout comme dans le film « Madagascar » et comme les forêts du Brésil.

 

Une fois en rentrant de l’école on a rencontré des zébus, puis des moutons, puis 3 cochons ! On est passés à 1 mètre d’eux sur le chemin. Les cochons se faisaient maltraiter par 2 messieurs qui leur tapaient dessus avec des bâtons pour qu’ils avancent. Les cochons faisaient du bruit. Ça m’a fait un peu rigoler quand même, et j’ai failli tomber par terre.

 

Ce que j’aimais bien à l’école, c’est que la maîtresse était gentille. Elle s’appelle Josée et elle nous a fait faire des devinettes le premier jour. J’ai fait de l’arithmétique (c’est comme les maths) et j’ai eu 10/10 avec un « bravo ». J’ai eu aussi une bonne note en dictée en français (9/10).

 

Ce que je n’aimais pas dans cette école, c’est que les toilettes ne ferment pas et on ne peut pas s’asseoir, c’est un trou par terre. Et on ne peut pas faire de foot pendant la récréation.

 

Un truc super rigolo est arrivé une fois, parce que papa ne savait pas comment appeler les sœurs (s’il devait dire Sœur, ou Madame Ma Sœur). Une fois, il voulait dire à maman de demander quelque chose à une religieuse. Il a hésité plein de fois et ne savait plus quoi dire, alors il a dit « ben, demande à ma sœur ». Alors maman a eu un fou rire parce qu’elle a pensé à Tatie Julie en bonne soeur! Et la sœur a rigolé aussi !

 

Au centre Mitsiky j’ai beaucoup aimé quand on a joué au basket. On a aussi joué au foot grâce au ballon que mon père avait acheté aux enfants. On a appris plein de jeux aux enfants ; la balle au prisonnier, la balle américaine, le chou fleur, les Lego, le Mikamo, les 1000 bornes, le tape-main et d’autres encore.

 

Mes copains préférés au centre, ce sont :

  • Naval parce que je trouve qu’il ressemble un peu à mon copain Bradley de Malakoff
  • Mario : il était dans ma classe et il était très gentil avec moi pendant la récré
  • Thomas : il est drôle et il fait des blagues, il a un sourire coquin comme Iban et comme Elouan. Il mangeait en face de nous le soir, je lui donnais mon riz si je n’en voulais plus. Les enfants avaient toujours plus faim que nous.
  • Aimé : c’est un très bon DJ. Quand les enfants nous ont fait un spectacle de danse, il réglait bien la musique.
  • Philibert : il me mettait tout le temps la main sur l’épaule, et au foot il est marrant parce qu’il fait beaucoup de feintes, comme mon papa. Et il disait « faute » alors qu’il n’y avait pas faute, du coup les autres s’arrêtaient et Philibert reprenait le ballon pour marquer !

 

À la fin

Le dernier soir j’étais triste de quitter tous les copains alors qu’on s’amusait beaucoup. Presque tout le monde pleurait. J’étais ému, je voulais rester avec eux pour aider l’association et continuer à jouer avec eux. Quand on est partis, les enfants nous ont donné des cadeaux qu’ils ont fabriqués. Je pensais qu’on allait rester plus longtemps au centre Mitsiky mais il y avait la peste à Madagascar. Maintenant j’ai peur pour mes copains, j’espère qu’ils n’auront pas la peste. De toute façon je reviendrai les voir.

 

Avec Mario devant le tableau
Dans notre salle de classe
A 7h30 avant le début de l’école
Avec Philibert dans la cour
Le midi à l’école
On leur apprend le jeu du chou-fleur à la récré
On passe devant les cochons en rentrant de l’école !
On a beaucoup joué au foot au centre
Le légume bizarre que j’ai ramassé dans le potager

share
Sylvie Risoul
octobre 16, 2017 at 21:00 Répondre

Que de super-copains tu t es fait.tu ne les oublieras pas! Le école est à la fois différente et comme chez vous. Et le foot, c’est pareil pour tous!Que de tristesse de les quitter .en espérant que l épidémie ne les touchera pas.

Madine
octobre 16, 2017 at 22:06 Répondre

Bravo , Nino chéri , pour ton article !
Tu as bien su nous raconter le quotidien des enfants de Mitsiki et de l’école.
Bravo pour tes excellentes notes, ton cours de religion en malgache ! Il faudra nous apprendre!
Je t’imagine bien danser à fond lors de la fête et j’ai bien ri aussi en pensant à sœur Julie !
Avec ton sourire, tes blagues, le foot , tu t’es fait plein de copains . Et c’est dur de les quitter apres avoir tout partage avec eux pendant 10 jours . Je suis sûre que tu continueras à communiquer avec eux pour savoir s’ils vont bien.
Tout le monde est mobilisé pour arrêter l’épidémie.
Je pense bien à toi et t’embrasse très fort.

Marion - Mayette
octobre 17, 2017 at 10:30 Répondre

J’adore ton article Nino ! Merci d’avoir pris le temps de nous raconter tous ces détails ! Tes copains parlaient tous français ? Vous réussissiez à discuter et à vous raconter des blagues sans problème ? Bravo ! Ce n’est pas donné à tous les enfants, tu sais, de réussir à s’intégrer aussi vite et aussi bien comme vous l’avez fait ! Je suis vraiment admirative et heureuse pour toi, et toute la Malakfamily family. Si tu veux, la prochaine fois, je participerai avec vous à la préparation d’un voyage spécial Mitsiki ! Je t’embrasse fort

Mamou
octobre 17, 2017 at 20:52 Répondre

Mon Nino quel plaisir et que d’emotion en lisant ton magnifique article ! Tu grandis super bien et je suis très fière d’avoir un si bon et beau petit fils ! Beaucoup de muxus

Tatie Julie
octobre 17, 2017 at 22:14 Répondre

Ben quoi Nino? Tu me vois pas en bonne sœur?😂😂😂
Super ton article, hâte de te voir très vite en Indo. 😚

claveria philippe chantal
octobre 18, 2017 at 16:32 Répondre

salut Nino, super ton article; je vais relire tous vos articles avec nos petits enfants qui arrivent bientot à laroin en vacances.Pierre aussi est passionne par le foot.Plus tard on fera des matchs ici et on demandera à Soeur Julie de preparer le gouter……bises à tous

Yann, Lou et leur parents Mumu et Manu
octobre 25, 2017 at 05:20 Répondre

Bonjour.
Quelle expérience à l’école de la vie !
Peut être à bientôt autour du monde.
Famille des 300joursdumonde.com

Elouan
octobre 29, 2017 at 13:28 Répondre

ça doit être super de vivre tout ça. On reprend bien le foot. Tu nous manques !

ARTICLE SUIVANT

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.