ENTREZ VOS MOTS CLES

C’était une fin de journée, au parc Kruger. Cette petite heure pendant laquelle le soleil passe du jaune au rouge, en n’oubliant pas le plus beau des orangés. On était en voiture, tous les 5, la journée avait été assez calme : à part un troupeau de buffles, nos éléphants préférés, quelques girafes et impalas, nous n’avions pas croisé beaucoup d’animaux, moins que la veille en tout cas, et aucun nouveau « Big 5 ». Certains d’entre nous étaient un peu déçus. On rentrait tranquillement, tout seuls sur un tout petit chemin, en espérant arriver avant que les éléphants ne bloquent l’entrée de notre camp, comme c’était arrivé le soir précédent.

On roulait, donc, un peu fatigués. Tout à coup, Marco pile. On a tous vu, en même temps, une silhouette sur notre côté droit. Est-ce que c’est bien ce qu’on croit? Oui. C’est une lionne. Magnifique. Elle est à 3 mètres et se gratte le museau contre un arbre. On la regarde, fascinés, et on s’aperçoit qu’elle est accompagnée d’une autre lionne et de deux petits lionceaux. Lentement, sans comprendre au début, on voit sortir une autre lionne des fourrés, puis une autre, encore une autre, et d’autres bébé lions derrière. « NE-BOUGEZ-SURTOUT-PAS » murmure Marco aux enfants qui se figent. Je vérifie en 2 secondes si toutes les vitres et toutes les portes sont fermées.

Petit à petit, c’est une meute entière qui surgit des herbes hautes, et qui nous contourne. Dans la voiture, c’est la tétanie générale. On a littéralement tous le souffle coupé, et le cœur qui bat à mille à l’heure. On n’arrive plus à parler. On regarde ces animaux magnifiques et puissants, qui passent juste devant et juste derrière notre voiture. Certaines lionnes nous regardent dans les yeux – on se liquéfie – et d’autres nous ignorent superbement. Deux petits lionceaux font les malins en s’asseyant, provocateurs, juste devant notre pare-choc. Un « lion ado » (dixit Nino, car ce lion avait une crinière toute fraîche et juste un peu de poil au menton) les suit et nous surveille en faisant le chef. On essaie de compter, mais on se perd. Une dizaine de lionnes et autant de lionceaux nous entourent. C’est surréaliste. Combien de temps cette scène dure-t-elle ? Cinq minutes ? Dix ? Le temps est littéralement suspendu, on est seuls au monde, plus rien n’a d’importance que cet instant qu’on vit à 200%. C’est une émotion inhabituelle. Un peu de peur, beaucoup d’admiration, mais surtout des sentiments très archaïques, l’impression de vivre un moment en plein dans la vie, dans ce qu’elle a de plus brut. Un shoot d’adrénaline aussi. Une émotion très profondément humaine, qu’on avait rarement vécue, et qui fait monter les larmes.

Lors des derniers passages, on sort enfin les appareils pour garder une petite trace de ce qui se passe….

 

Ça y est, ils sont tous passés de l’autre côté de la route, et ils s’installent dans les hautes herbes. Tous les 5, on souffle ensemble. On redémarre doucement, et enfin on peut se parler, partager cette émotion qu’on a ressentie tous les 5, grands et petits. On se dit qu’on a eu une chance incroyable de vivre cette rencontre. Ce moment n’appartient qu’à nous, on s’en souviendra toute notre vie. Avec Marco, on se dit que c’est pour vivre des instants comme ça qu’on a voulu faire ce tour du monde ; pour partager des émotions intenses en famille. On n’en vivra pas tous les jours des comme ça pendant un an, mais celle-ci au moins, on l’a bien vécue.

En sortant de la voiture, au camp, on a tous les jambes qui flageolent. On refait la scène 10 fois ce soir-là, autour du barbecue. « Merci pour ce moment », les lions… Et merci à vous de nous avoir lus <3

 

share
Mayette
septembre 28, 2017 at 10:17 Répondre

Waouh……. j’en ai aussi le souffle coupé en vous lisant. Quel bonheur de vous sentir aussi intensément pris par ce voyage ! Je vous embrasse tous très fort

mamou
septembre 28, 2017 at 11:09 Répondre

Gorge serrée , yeux humides …J’ai Vu tous ces lions avec vous ! Merci mes chéris !

Madine
septembre 28, 2017 at 11:13 Répondre

Grâce à vous et à toi , Caroline qui a un vrai talent d’écrivain, j’ai ete transportée la bas à côté des lionnes et de vous cinq immobiles dans la voiture …merci .
J’ai adore le lion ado de Nino!
Je vous embrasse fort.

chantal
septembre 28, 2017 at 14:27 Répondre

J avais le souffle court moi aussi en lisant votre aventure familiale,génial, vraiment un souvenir pour la vie….tu as raison

Arno
septembre 28, 2017 at 15:02 Répondre

Incroyable j’étais sur les mêmes pistes avec mes enfants il y a 5 mois. Ce récit est magnifiquement bien écrit. Je m’y suis revu. La nature nous réserve de belles rencontres

Titia Lapierre
septembre 28, 2017 at 15:49 Répondre

Waaaah !!!!!!

Tatie Julie
septembre 28, 2017 at 21:58 Répondre

GÉNIAL!!!!!…..snif….

tita vonvon
septembre 29, 2017 at 10:39 Répondre

qu’elle chance vous avez de voir ces magnifiques animaux (surtout dans leur milieu naturel)bravo Caro

que de souvenirs pour les trois Titous.Gros bisous

Sabine
septembre 29, 2017 at 10:49 Répondre

Superbe. Quelle chance vous avez eu !! Nous y étions en avril dernier et savons comme c’est rare de capter ces grands moments de nature. Les larmes me sont montées. Merci pour ce moment.

Noelle et Philippe Dupont
septembre 29, 2017 at 14:17 Répondre

Bravo ! Bravissimo ! Quels instants d’exception inoubliables vous venez de vivre, si intensément en famille ! Vous avez eu une chance inouïe de réunir toutes ces conditions, y compris le coucher de soleil !
Quel bonheur de te lire, chère Caroline ! C’est comme si nous y étions…
Cela nous a rappelé quelques grands souvenirs, comme nos premiers éléphants dans le Delta de l’Okavango, traversant la rivière devant notre barque, et émergeant coiffés d’un diadème d’algues et de nénuphars, ou encore un ours blanc imposant, la gueule ensanglantée, dévorant un pauvre phoque innocent, sur son iceberg, à quelques mètres de notre bateau pneumatique, sur fond de glacier en train de vêler, au Svalbard…
Nous vous envoyons des bisous plein d’émotion. Bonne continuation à Madagascar !

NOEPHI

tomas
octobre 2, 2017 at 20:12 Répondre

Salut les Extche

ca me donne trop envie!
c’est magnifique

bisou
tomas

gay
octobre 3, 2017 at 11:16 Répondre

je vous lis avec plaisir merci pour ces moments partagés
un petit coucou spécial ortho pour Suzie
vous donnez tellement envie!!!

TILLOUS
octobre 9, 2017 at 23:25 Répondre

cet article journalistique me fait revivre notre safari Kénia déjà bien loin que nous avions fait en 1996 avec tous les beaux paysages inoubliables où vivent tous ces animaux sauvages.
Que de souvenirs gravés à jamais dans chacune de vos têtes !!!

Rodriguez
octobre 9, 2017 at 23:26 Répondre

cet article journalistique me fait revivre notre safari Kénia déjà bien loin que nous avions fait en 1996 avec tous les beaux paysages inoubliables où vivent tous ces animaux sauvages.
Que de souvenirs gravés à jamais dans chacune de vos têtes !!!

vincent
octobre 24, 2017 at 17:35 Répondre

On a presque vécu la scene avec vous. excellente narration et partage de sensation. Merci

ARTICLE SUIVANT

LAISSEZ UN COMMENTAIRE

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *


Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.